L'actualité balzacienne

Les Contes drolatiques selon les frères Brizzi

 

 

Dans la continuité des illustrateurs qui les ont précédé, de Gustave Doré à Dubout, les frères Brizzi viennent d’adapter en bande dessinée quatre des Contes drolatiques écrits par Honoré de Balzac.

Honoré de Balzac et ses contes drolatiques

Décembre 1831, Honoré de Balzac est au Château de Saché. Comme il l’annonce à son éditeur Charles Gosselin, il espère finir le premier dixain des Contes drolatiques : « ce matin, j'ai repris courage pour les Contes drolatiques, et je ne vais pas les quitter qu'ils ne soient finis – sans prendre d'engagement pour un ouvrage aussi difficile et qui exige une fleur d'imagination assez rare, à en juger par les caprices de la mienne, et les prodigieux efforts d'érudition que ces diables de contes coûtent [...] » (Saché, 2 ou 3 décembre 1831).

 

Balzac accordait une place fondamentale à ces récits en dépit du mauvais accueil que leur a réservé son lectorat de l'époque. Rappelons en effet la fameuse lettre à Mme Hanska du 26 octobre 1834 où le romancier présente sa future Comédie humaine comme un palais à trois étages en concluant : « Et, sur les bases de ce palais, moi enfant et rieur, j’aurai tracé l’immense arabesque des Cent Contes drolatiques ».

 

Publiés de 1832 à 1837 sous le titre Les Cent Contes drolatiques colligez es abbayes de Touraine et mis en lumière par le sieur de Balzac pour l'esbattement des pantagruelistes et non aultres, les cent contes annoncés ne seront finalement que trente. Rédigés dans un vieux français à la graphie proprement balzacienne, les décors, les personnages et les mises en scènes constituent, dans leur ensemble, un hommage à Rabelais.

 

Après la mort de Balzac, sa veuve orchestre la réédition des contes illustrés par Gustave Doré (1832-1883). Cette édition de 1855 est concomitante à son illustration de l'œuvre de Rabelais (1854). La verve stylistique et les situations cocasses des Contes trouvent un puissant écho dans les traits souples et nerveux de l'artiste. D'autres illustrateurs se confronteront par la suite à cet œuvre complexe, parmi lesquels Albert Robida (1848-1926) et Albert Dubout (1905-1976), mais jusqu'à présent, aucune bande dessinée n'avait été réalisée sur le sujet.

L'adaptation des frères Brizzi

Séduits par le trait caricatural, le caractère leste, drôle et truculent de ces histoires méconnues du grand public, Paul et Gaëtan Brizzi ont souhaité adapter quatre contes au langage de la bande dessinée, choisis par élimination parmi une quinzaine de contes qui avaient leur préférence : La Belle Impéria, Le Péché Véniel, L'Héritier du diable et La Connétable. Leur premier travail a été de réécrire le scénario de chaque histoire selon leur propre compréhension du récit mais aussi tel que l'abandon du vieux français utilisé par Balzac ne nuise pas à l'esprit du texte.

 

Leur expérience antérieure dans le cinéma d'animation (notamment chez Disney pendant dix ans) a nourri leur souci de la mise en scène, des décors, des cadrages et des profondeurs de champ. Les architectures, les paysages et les intérieurs sont l’œuvre de Gaëtan Brizzi : chaque détail est minutieusement restitué pour que les scènes soient aussi crédibles que possible aux yeux du lecteur. Les personnages sont la spécialité de Paul Brizzi qui s'est attaché à transposer graphiquement le caractère de chacun, dans la continuité de la démarche balzacienne de correspondance entre les traits physiques et psychologiques d'un individu. Loin de vouloir sombrer dans le grossier et le vulgaire, les frères Brizzi ont par ailleurs soigné l'érotisme de certaines scènes, particulièrement présent dans le texte original même si Balzac l'a dissimulé derrière une langue difficile à déchiffrer.

 

Enfin, conçues comme des respirations entre chaque conte, on retrouve des séquences de la vie quotidienne de Balzac, au Château de Saché et à Tours. Ces planches, qui donnent la parole à Balzac lui-même commentant son œuvre, ne manquent pas de faire écho aux prologues que l'auteur avait rédigés à l’attention des lecteurs des Contes.

 

En partenariat avec les éditions FUTUROPOLIS, le musée Balzac expose actuellement quelques reproductions de planches de la bande dessinée, en particulier celles qui mettent en scène Honoré de Balzac au Château de Saché.

 

Paul & Gaëtan Brizzi
LES CONTES DROLATIQUES
D’après Honoré de Balzac
Futuropolis, 2021.
21 € - En vente à la boutique du musée Balzac

 

=> Lire le début de la bande dessinée sur le site des éditions Futuropolis