Séjours d’auteurs et d'artistes


Affiche de l'exposition "Situations de vallées. Léa Bismuth & Nicolas Boulard" présentée au musée Balzac - Château de Saché en 2021.

Situations de vallées / Léa Bismuth & Nicolas Boulard

 

Léa Bismuth (auteure) et Nicolas Boulard (artiste) ont été accueillis en résidence au Musée Balzac - Château de Saché pendant deux mois, lors de l’automne 2019. Ce temps de recherche, d’écriture et de création a été à l’origine de l'exposition "Situations de vallées" en 2021 dans deux salles du musée Balzac ainsi que dans la grange. Le parcours se composait en trois « Situations », qui étaient autant de manières d’habiter ce lieu et les vallées environnantes, afin de les faire parler d’une nouvelle voix.

 

Le duo d’artistes s’est demandé : qu’est-ce qu’une mise en situation dans un espace donné ? Comment rencontrer l’auteur de La Comédie humaine et de quelle manière résonne-t-il avec notre temps ? Est-il possible de lire entre ses lignes, voire dans ses marges ? Ils ont cherché à déjouer ces questions tout en les mettant en tension. Ils ont également accordé un certain prix à prendre le temps de vivre dans un lieu qui a été auparavant un refuge d’écriture pour Balzac, loin de l’agitation parisienne. De l’intimité d’une chambre d’écrivain aux sentiers alentour, tout a été matière à réflexion.

 

Il faut être attentif aux choix des textes-sources retenus. La première salle de l’exposition — Situation #1 — constituait la matrice, en une sorte de cabinet de curiosités émaillé d’indices disséminés dans les œuvres. On a pu y retrouver un Balzac sans doute méconnu ou crypté : celui des nouvelles Sarrasine et Séraphîta, ou encore de la Physiologie du mariage. L’exposition s'est poursuivie, dans la salle Métadier, par la Situation #2, en une progression beaucoup plus aérienne et météorologique, ouverte sur le ciel et sur la Loire. Enfin, dans la grange, la Situation #3 a encore élargi l’horizon, les artistes ayant repris à leur compte, pour une performance prenant une dimension sonore, les 23 km de marche que Balzac faisait à pied de la gare de Tours à Saché lorsqu’il arrivait en train depuis Paris. Cette marche a été l’occasion de relire le vertigineux essai Théorie de la démarche dans lequel l’auteur étudie les corps en mouvement tout comme la naissance d’une « idée neuve », anticipant alors sur une conception des plus contemporaines du processus artistique.

 

Ces trois Situations n’en forment qu’une, pour une exposition chapitrée comme un livre, dont les pages blanches se sont progressivement trouvées noircies.

 

 

OUVRAGE ASSOCIÉ

Léa BISMUTH, Nicolas BOULARD, Situations de vallées : deux voyageurs arrivèrent en ces lieux
Éditions de Dés, 2020.

Cet ouvrage a été créé dans le cadre de l'exposition éponyme présentée au Musée Balzac - Château de Saché en 2021. Les deux auteurs du livre se sont emparés pour cela du contexte d'écriture de l'auteur de La Comédie Humaine dans ce même lieu. Ce livre est le fruit de plusieurs actions d'écriture prenant appui sur une traversée singulière de l'œuvre de Balzac : Notes pour un scénario d'exposition, Ce qui se passe, Il suffirait d'avoir une idée neuve. Enfin, Il n'y a pas de pas perdus est le résultat d'une performance physique, une marche de 23 km de la gare de Tours au Château de Saché, pendant laquelle les deux protagonistes prennent des notes dans les marges du texte et les contre-allées du paysage, à travers routes et sentiers.

ISBN 978-2-9570303-0-9

13,90 EUR (en vente à la boutique du musée Balzac)

 

 

 

Léa BISMUTH

est auteure, critique d’art, commissaire d’exposition. Son travail consiste à explorer, par l’écriture, les zones d’actions potentielles entre récit littéraire et espace d’exposition. Elle est notamment spécialiste de la pensée de Georges Bataille, à qui elle a consacré le cycle d’expositions La Traversée des Inquiétudes (Labanque, Béthune, de 2016 à 2019) et un livre, La Besogne des Images (Éditions Filigranes, 2019). Elle travaille actuellement à un essai sur le processus de création en littérature.

 

 

Nicolas BOULARD

est diplômé de l’école supérieure des arts décoratifs de Strasbourg en 2002. Il construit une œuvre artistique indisciplinée à la croisée des pratiques : de l’art minimal et conceptuel jusqu’à la gastronomie et la viticulture. Les retournements qu’il opère l’ont conduit à planter un vignoble mobile, à contre-faire une cuvée de Romanée Conti, ou à développer le travail évolutif Specific Cheeses. Il pointe des données sociétales telle que la définition d’un territoire et de ses limites ; ce qui l’amène aujourd’hui à créer une installation pérenne sur l’île d’Hokkaïdo au Japon. Son travail a bénéficié d’expositions personnelles (Centre d’art La Halle des Bouchers, Frac Aquitaine, Frac Champagne-Ardennes…) et est conservé dans plusieurs collections publiques. Il est l’auteur de livres qui accompagnent ses gestes artistiques : Rhône (2017), Journal de la route des vins d’Alsace (2004).